Comment intégrer le Design UX dans les méthodes de génie logiciel

Jean-Marc Vilarroya, Software Architect
Formation: Certification UX Design avril-2018-Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du mémoire : 6 semaines
Dossier : UX2018_mémoire_VILARROYA-PALAU_Jean-Marc
Contact : jmarc.vp.ux@protonmail.com

Pitch:

« Comment être un UX Designer crédible quand on a un profil technique? » constituait le sujet de départ. Le but était de trouver des solutions à ce qu’on pourrait imaginer être un problème. Cette étude a permis de mettre en évidence des informations intéressantes pour qui souhaite s’installer comme UX Designer freelance. Existe-t-il une relation entre les deux métiers, ou ensemble de métiers que sont UX Designer et développeur informatique?

Des liens ont été mis en évidence.

Ces liens sont d’une part, les résultats du Design UX qui devraient constituer les points d’entrées essentiels, tant sur le plan des spécifications d’interfaces (UI) que des services à fournir c’est à dire les spécifications fonctionnelles. Le temps a manqué pour pousser plus loin ces aspects prometteurs.

D’autre part, les deux mondes semblent intégrer des processus paraissant si semblables mais qui en pratique sont si différents. Dans l’industrie, les méthodes itératives et agiles n’ont été adoptées qu’en apparence. Derrière les mots se cachent des pratiques qui sont restés fidèles au cycle de vie en cascade.

L’intégration de l’UX Design dans les processus des entreprises pourrait être le moyen d’enfin de mettre en pratique l’agilité tant de fois promises.

Cela aurait dû faire l’objet d’un pivot mais constituera le sujet d’une future étude.

A suivre …

Comment la data permet de construire une expérience utilisateur enrichie ?

 

 

Maxime Rondeau, UX Designer / Marketing digital

Formation : DDPUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image

Contact : maxime.rondeau@edu.gobelins.fr

Durée du projet : 3 mois

Pitch : Mémoire professionnel de fin d’année

Ce projet a été réalisé dans le cadre du mémoire professionnel de fin d’année du Master Directeur de Projet Digital UX Design 2018. Il s’est notamment appuyé sur mon expérience passée au sein de l’entreprise La Relève*.

*La Relève est un cabinet de recrutement spécialisé pour les étudiants et jeunes diplômés.

L’utilisation des données servait déjà à l’amélioration des produits et des services. Cela a profondément changé la vision des entreprises en entrant dans une ère Data-Driven. Les choix ne sont plus jamais fait au hasard, mais bien guidés par des faits.

Aujourd’hui les expériences des sites web et applications vont encore plus loin en étant enrichie par les données. Les GAFAM & NATU, maîtres de la data nous montrent le chemin vers des expériences de plus en plus personnalisées.

J’ai souhaité montrer l’importance de la collaboration entre l’UX Designer et d’autres métiers comme le Data Analyst ou le Marketing ainsi que l’impact des données sur la chronologie et les méthodologies des projets.

Comment intégrer l’UX designer dans un projet Agile – Scrum ?

 

 

 

Auteur : Sylvain Ponçon (UX Designer)
Formation : Certification UX Design 2018 – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du mémoire : 3 mois
Dossier : UX2018_mémoire_PONÇON_Sylvain

Contact : sylvainponcon@gmail.com

Pitch : Les entreprises tentent de s’adapter aux révolutions numériques à raison de grands plans stratégiques qui allient transformation digitale et satisfaction client. Les méthodes de développement des projets numériques changent elles aussi. L’approche agile – scrum est devenue la norme. Son motto : livrer plus rapidement un produit qui apporte de la valeur aux utilisateurs. Mais cela ne suffit pas car comme le dit sagement l’adage : « rien ne sert de courir, il faut partir à point » !

L’UX design propose de se concentrer sur les utilisateurs. D’où son nom : design de l’expérience utilisateur. Sa vocation, inclure les utilisateurs dans le processus de conception du produit afin de vérifier qu’il réponde et soit adapté à leur besoin avant de se lancer dans des développements complexes et coûteux.

L’union de ces deux approches, scrum et UX design, semble évidente. Preuve en est, l’augmentation constante de la présence remarquée des UX designers au sein des projets scrum. Il n’en reste pas moins que rien n’est prévu par le guide scrum et ses règles pour intégrer l’UX designer. C’est un réel challenge auquel sont confrontés les équipes scrum et les UX designers. Comment travailler ensemble ? Comment sprinter côte à côte ? Peu voire pas de littérature traite de cet aspect. Nous sommes donc allés sur le terrain pour voir ce qu’il en est.

L’ambition de ce document est d’apporter un éclairage sur les défis et les bonnes pratiques de cette union qui peut se voir à travers deux enjeux majeurs. Le premier concerne la place de l’UX designer dans l’équipe scrum et le second aborde la façon dont il peut réaliser les travaux liés à l’expérience utilisateur dans un cadre de projet structuré par scrum.

Comment bannir le systématisme des réunions dans les grandes organisations et créer des expériences de co-construction en intégrant les besoins humains ?

Équipe : Nour KHUJA, Designer de Service

Formation : DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du projet : 8 mois

Contact : nour.khuja@edu.gobelins.fr

Pitch :

Avez-vous déjà entendu parler de la réunionite ?

C’est ce dont souffre un nombre incalculable de salariés dans les entreprises. Pourtant essentielle, la réunion c’est un peu comme un « Je t’aime – Moi non plus » au travail. Alors que si elles sont bien menées, elles peuvent s’avérer être d’une efficacité redoutable ! Il suffit simplement d’un peu de bon sens et surtout de communication et d’un zeste d’UX Design pour que la réunion devienne une expérience intéressante et enrichissante à vivre.

C’est ce que j’ai essayé de prouver au sein de la Société Générale lors de mon alternance par le biais d’un projet dont j’ai eu l’idée : hit !

J’y ai passé environ 8 mois pour pouvoir prouver à mes collègues que la réunion peut être un moment fun où l’on produit de belles choses plutôt qu’une perte de temps.

Ce mémoire est donc une lettre ouverte à la réunionite, qui s’est un peu trop installée confortablement au 35ème étage de la tour Granite.

PS : Elle a fini par commencer à faire ses valises !

 

Startup et Product-market fit : les méthodologies sont-elles réellement adaptées à toutes les startups ?

Équipe : Sarah Farnault, UX Designer
Formation : DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du projet : 3 mois

Contact : sarahfarnault@gmail.com

Dossier : (en attente de confirmation des personnes / entreprises interviewées)

Pitch :

Le succès d’une startup dépend de sa capacité à proposer un produit qui répond à un marché : le fameux product-market fit. Ce challenge n’est pas si simple lorsqu’on crée une entreprise à partir d’un concept ou d’une technologie innovante. Pourtant, c’est bien le prérequis indispensable pour convaincre des investisseurs lors d’une première levée de fonds. Ce premier tour de table signe le succès de la phase d’amorçage des startups.

Le Lean Startup et les méthodologies centrées utilisateurs comme le Design Thinking, et le Lean UX permettent d’accélérer la validation du product-market fit. Cependant, les co-fondateurs détiennent rarement ces expertises et le recours à des prestations extérieures sont souvent inadaptées en phase d’amorçage.

Ce mémoire entend apporter des clés de compréhension des challenges et des contraintes des startups et propose des solutions pour permettre aux startups en amorçage d’atteindre le product-market fit en prenant en compte leurs contraintes.

les phases d'évolution des startups_gobelins_sarah farnault_2018

De l’interface au service, quelle stratégie déployer au sein d’une ESN pour vendre du design de service ?

 

 

 

 

Auteur : Sébastien RIGOUSTE : Designer Lead
Formation : MC11 2018, Certification UX Design – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du mémoire : 4 mois
Dossier :UX2018_mémoire_RIGOUSTE_sébastien

Pitch : Smile est une Entreprise de Services du Numérique (ESN) dont l’Agence digitale est régulièrement sollicitée pour réaliser des interfaces de services. Dans le cadre de son développement, Smile va enrichir ses offres en proposant à ses clients du conseil et de l’innovation. Pourquoi ne pas saisir cette opportunité de monter d’un cran dans la chaîne de décision et proposer à nos clients du design de service ?

Après avoir étudié le marché du design de service en France et analysé l’avant-vente chez Smile, nous verrons la mise en pratique des enseignements de cette recherche dans le cadre d’une avant-vente, puis la mise en place d’un plan d’action visant à modifier le positionnement de l’Agence de Smile, améliorer les processus d’avant-vente, évangéliser en interne et faire monter en compétence les équipes de design.

 

Comment améliorer la collaboration au sein d’une équipe pluridisciplinaire ?

 


Auteur :
Lucie NOËL : UI / UX Designer
Formation : MC11 2018, Certification UX Design – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du mémoire : 4 mois
Dossier : UX2018_mémoire_NOEL_Lucie

Pitch : Le design thinking au service de l’expérience collaborateur.

Le monde du travail est en pleine mutation, des changements sont notamment nécessaires dans les rapports qu’entretiennent les collaborateurs avec leur entreprise. En effet, nous constatons un fort désengagement des salariés vis-à-vis de leur entreprise. Les raisons sont multiples : des aspirations qui ne sont pas entendues, leur travail et leurs efforts qui ne sont pas reconnus à leur juste valeur, des transformations digitales et structurelles souvent mal vécues, ou encore une surcharge de travail et un tracking constant de leurs moindres faits et gestes…

En réponse à ces problèmes, des approches encourageant l’innovation, la créativité, l’expérimentation, de manière collective en replaçant l’humain au coeur de l’entreprise ont émergé, comme le design thinking. La démarche semble tout à fait adapté pour mener une transformation de manière collaborative et créative. En témoignent diverses expérimentations qui ont permis de véritables innovations.

Prendre connaissance de ces différents exemples pousse à se lancer et à expérimenter, j’ai donc décidé d’entreprendre cette démarche dans l’agence digitale où je travaille actuellement.

Comment améliorer la collaboration au sein d’une équipe pluridisciplinaire ? Pour répondre à cette problématique, j’ai appliqué les 5 phases du design thinking :

  • Explorer : connaître leur ressenti personnel concernant leur l’expérience au travail. J’ai pour cela conçu un journal de bord que l’ensemble de l’équipe a rempli durant deux semaines. Ensuite des entretiens individuels ont permis de creuser certains de leurs problèmes.
  • Cadrer : la matière récupérée lors de la phase d’exploration m’a permis de définir les problèmes puis de les partager avec toute l’équipe pour évoquer avec eux des pistes d’amélioration.
  • Imaginer & Expérimenter : j’ai organisé des ateliers collaboratifs qui ont permis de se focaliser sur certains problèmes identifiés, chacun a pu partager ses idées, nous en avons débattu et en avons fait émerger des solutions.
  • Tester : nous avons appliqué des solutionsimaginées et les avons affinées ensemble suite aux retours de chacun.

L’expérimentation est encore en cours mais j’ai pu confirmer que cette démarche est adaptée à l’élaboration d’une meilleure expérience collaborateur.

Les designers ont un rôle important à jouer dans la conception d’une meilleure expérience collaborateur et plus encore dans le futur des organisations où il y a beaucoup de place pour l’innovation.




Accompagner la transformation du Réseau La Poste grâce au design

 

 

Auteur : Renaud LEE-TUAL –  Chef de projet digital AMOA

Formation : MC11 2018, Certification UX Design – Les Gobelins, l’école de l’image

Technologie : nouvelles technologies

Durée du mémoire : 4 mois

Dossier : UX2018_mémoire_LEE-TUAL_Renaud

Pitch :

La transformation physique et digitale des réseaux de distribution concerne tous les grands groupes ou enseignes qui cherchent à conserver une attractivité vis-à-vis de leurs clients en leur proposant des modes d’interaction et des services adaptés  à leurs attentes.

Le Réseau La Poste ne fait pas exception et doit continuer de se transformer. La question n’est pas « si » mais « comment »  va-t-il le faire et à quel rythme?

Certes, l’émulation autour de la digitalisation de la  relation client promet l’émergence de services innovants mais elle bouleverse des processus qui s’étaient affinés progressivement et doivent aujourd’hui être repensés dans un temps plus contraint au risque de dégrader  l’expérience utilisateurs et clients.

L’incertitude est désormais une constante qui  complexifie les choix stratégiques. Le caractère itératif des approches agiles a apporté certaines réponses à cette incertitude mais ne fait que limiter  le risque d’échec, si la proposition de valeur initiale ne répond pas aux problématiques des utilisateurs. Il semble donc indispensable de les associer à l’identification des besoins, et à  la conception des solutions. 

Quelles actions mettre en place? par quoi commencer ? comment aller plus loin? c’est ce que j’ai tenté de déterminer à travers ce mémoire…

 

Allo

Allo, c’est le premier assistant vocal anti-gaspi. Finie la poubelle ! Il trouve une idée pour donner une seconde vie à tous les produits de la maison.
À l’intérieur d’Allo, vous trouverez cinq spécialistes pour vous aider à consommer malin, à votre rythme, un espace à la fois, avec des conseils qui vous correspondent.

Équipe :
Benjamin Gammaire, Développeur de l’assistant vocal, Maker
Quentin Tshaimanga, Développeur du moteur de recommandation, Architecte Docker
Léo Ternoir, Designer UX & UI, Maker
Sofia Boggio, Designer UX  & UI, Designer d’objet, Maker

Formation : Master 2 DMII (2018)

Hardware :
Raspberry Pi & ReSpeaker 4-mic
Base de l’objet imprimé en 3D (PLA) & plateau en bois découpé à la laser

Software :
Snips (reconnaissance vocale) / NodeJS TTS (Text to speech) / Front Office (ReactJS) / Docker (Architecture MVP) / NGINX (API middleware) / Elasticsearch (Recherche scoré) / MongoDB (Stockage des données) / Back Office (Kibana, MongoExpress)

Aru

Une forêt que nul n’ose approcher, dite habitée
par le Temps lui-même. Cela n’arrêtera pas Aru,
qui en bravera les dangers avec la seule aide de
son sac à dos, dans un platformer à l’univers unique
et aux mécaniques originales.

Notre équipe est composé de Aurélie Rémia et Zoë Leloutre pour la partie direction artistique et de Chloé Henaut et Théotime Colin pour le développement.

Composition musicale / Sound design : Adrien Melchior

Formation : Master 2 DMII (2018)

Technologie : Unity

Durée du projet : environ trois mois