L’utilisation vocale d’assistant personnel intelligent dans le cadre professionnel

benjamin-faucheux

Auteur : Benjamin Faucheux – UX Designer

Formation : MC11 2018, Certification UX Design – Les Gobelins, l’école de l’image

Technologies : reconnaissance vocale et intelligence artificielle

Durée du mémoire : 4 mois

Dossier : UX2018_mémoire_FAUCHEUX_Benjamin

Pitch :

« Depuis plusieurs années maintenant, dans l’ombre de nos smartphones, une révolution est en marche. Connue sous le nom d’assistant personnel intelligent, cette nouvelle forme d’interaction avec la machine, permise grâce à l’IA, promet de bousculer nos usages aussi bien dans notre vie personnelle – comme c’est déjà le cas dans certains pays – que dans notre vie professionnelle.

Derrière cette appellation, et pour les assistants dépourvus d’écran, se trouvent des interfaces utilisateurs dites vocales (VUI pour Voice User Interface). Cette absence d’interface physique rompt avec certains des codes de conception auxquels étaient habitués les designers.

Cela donne lieu à des méthodes de conception différentes et à des expériences favorisant un rapport plus humain avec l’utilisateur.
Les métiers de l’UX sont directement concernés par ce bouleversement et doivent porter cette évolution dans l’interaction homme – machine. Pour satisfaire le plus possible l’utilisateur, les UX designers devront cependant s’adapter et faire évoluer leur pratique, ce à quoi s’attèle ce document.

Ce mémoire tente d’expliciter la démarche à adopter pour couvrir ce type de besoin et plus précisément, la manière dont la VUI peut prendre place dans le milieu professionnel qui s’accompagne de ses propres caractéristiques et limites. »

enceintes-connectees

Accompagner la transformation du Réseau La Poste grâce au design

 

 

Auteur : Renaud LEE-TUAL –  Chef de projet digital AMOA

Formation : MC11 2018, Certification UX Design – Les Gobelins, l’école de l’image

Technologie : nouvelles technologies

Durée du mémoire : 4 mois

Dossier : UX2018_mémoire_LEE-TUAL_Renaud

Pitch :

La transformation physique et digitale des réseaux de distribution concerne tous les grands groupes ou enseignes qui cherchent à conserver une attractivité vis-à-vis de leurs clients en leur proposant des modes d’interaction et des services adaptés  à leurs attentes.

Le Réseau La Poste ne fait pas exception et doit continuer de se transformer. La question n’est pas « si » mais « comment »  va-t-il le faire et à quel rythme?

Certes, l’émulation autour de la digitalisation de la  relation client promet l’émergence de services innovants mais elle bouleverse des processus qui s’étaient affinés progressivement et doivent aujourd’hui être repensés dans un temps plus contraint au risque de dégrader  l’expérience utilisateurs et clients.

L’incertitude est désormais une constante qui  complexifie les choix stratégiques. Le caractère itératif des approches agiles a apporté certaines réponses à cette incertitude mais ne fait que limiter  le risque d’échec, si la proposition de valeur initiale ne répond pas aux problématiques des utilisateurs. Il semble donc indispensable de les associer à l’identification des besoins, et à  la conception des solutions. 

Quelles actions mettre en place? par quoi commencer ? comment aller plus loin? c’est ce que j’ai tenté de déterminer à travers ce mémoire…

 

Quels outils de la conception centrée utilisateur peuvent aider les grands groupes dans leur approche des nouvelles technologies ?

 

 

 

Auteur : Sophie – Emerging technologies manager

Formation : MC11 2018, Certification UX Design de l’Ecole des Gobelins

Technologie : nouvelles technologies

Durée du mémoire : 4 mois

Dossier  UX2018_mémoire_FABBRO_SOPHIE

Pitch :

L’innovation est devenue clé pour la plupart des grands groupes qui tentent aujourd’hui de survivre et de trouver de nouveaux relais de croissance. Fer de lance de nombreuses start up, et aujourd’hui au sommet de la « hype », les nouvelles technologies sont tout naturellement devenues un axe majeur des stratégies d’innovation des grands groupes.

Réalité Augmentée, Réalité Virtuelle, Chatbots, Robots, IoT, Blockchain, Drones, Imprimante 3D, nanotechnologies, Intelligence Artificielle, … Les grands groupes expérimentent sur tout. Cependant, ils semblent avoir des difficultés à exploiter les nouvelles technologies et à dépasser le stade de l’expérimentation. En effet, bien que l’on entende parler de projets, de pilotes, peu de résultats sont communiqués. Ce qui laisse supposer que le succès n’est pas encore au rendez-vous …

Pourquoi les entreprises sont-elles si longues à exploiter les nouvelles technologies ? Tout simplement parce que leur approche est biaisée et que ces biais limitent leur capacité à créer des solutions robustes et viables. Le premier biais, que l’on peut qualifier de « méta biais » est la précipitation. Les grands groupes, assoiffés de résultats, veulent aller vite, trop vite. Et cette précipitation entraine des dérives dans leur approche :

  • Ils se lancent sans prendre le temps d’avoir l’expertise en interne (le sujet est souvent géré par le métier, non expert en technologie)
  • Ils négligent le choix des cas d’usage
  • Ils ne prennent pas le temps de tester l’utilisabilité de leurs solutions. Or il y a de fortes chances de se tromper lors de la conception puisqu’il n’existe toujours pas de références, de bonnes pratiques en raison de l’immaturité de ces technologies

La bonne nouvelle, c’est que la situation n’est pas perdue. Ces dysfonctionnements peuvent être évités grâce à certains outils de l’UX Design.

Media:

 

 

Le projet IF : plus qu’un spectacle, une expérience

L’équipe:

  • Anna : Responsable Transformation Digitale
  • Chloé : UI Designer et Graphiste dans le jeu vidéo
  • Hélène :  Manager-Ingénieur dans une Banque
  • Jean-Marc Villarroya : Ingénieur Spécialiste IHM chez GE

Formation : Certification UX Design (MC-11) 2018
Technologie : spectacle vivant, nature et “réalité sonore augmentée“  via application smartphone
Durée du projet : 3 mois
Dossier de conception : Par ici !

Le projet théâtral IF est un spectacle immersif interactif familial se déroulant dans un parc à la tombée de la nuit. Il est constitué d’un spectacle vivant associé à une application mobile.
Le spectacle : Des comédiens sont placés dans plusieurs endroits du parc et jouent, tandis que le spectateur-acteur déambule à sa guise dans un parcours sonore géolocalisé, via une application son smartphone. Lorsqu’il s’approche d’un comédien, ou encore de “points d’intérêt” comme certains arbres ou objets, la bande son correspondante se déclenche, lui permettant d’accéder à une réalité sonore augmentée.

L’application : Initialement, l’application IF a été réalisée en version bêta, avec une approche très centrée sur les besoins du commanditaire (contenus sonores géolocalisés assez lourds, d’où la volonté de créer un parcours incitant les spectateurs à télécharger l’application et ces sons avant le jour J), et pas tellement sur les besoins spectateurs.
Or, comme IF est plus qu’une représentation théâtrale, elle doit être pensée comme une expérience mémorable. Urban Expé, l’agence d’expériences numériques à l’origine du projet, a par conséquent souhaité solliciter les compétences en UX Design des étudiants de la certification UX Design des Gobelins, pour réfléchir notamment à la V2 de son application.

A travers une importante phase d’empathie, nous sommes partis à la rencontre des spectateurs potentiels du spectacle (Amateurs de théâtre interactif, mères de famille, geeks arty…) pour comprendre leurs besoins. Nous en avons tiré les enseignements suivants : il est important pour ces utilisateurs d’être rassurés sur le spectacle, sur le aspects pratiques, mais aussi de commencer à rêver au fait qu’ils vont vivre une émotion particulière, plaisir, joie et excitation. En ce sens, l’application se doit d’être le plus possible à l’image du spectacle qui viendra.

Partant de ces constats, nous avons itéré plusieurs fois pour construire une architecture d’information, des contenus et une identité graphique pertinents. Des tests utilisateurs tout au long nous ont permis d’affiner notre prototype.

Au final, l’application V2 imaginée par l’équipe propose :
Les fonctionnalités initialement prévues (test sonore, géolocalisation et de diffusion des textes pendant le spectacle).
Des contenus additionnels permettant aux futurs spectateurs d’être rassurés sur tous les aspects pratiques, parfois complexes, liés au spectacle IF (plans d’accès, check list de matériel à emporter, process d’aide en cas de problème technique, dématérialisation du billet via QR code…)
Des teasers sonores “surprises actives”, permettant aux futurs participants de s’immerger en avance de phase dans le monde merveilleux et onirique de IF, faisant ainsi démarrer l’expérience quelques jours avant le spectacle.

Les Ep7curiens // Mettre le partage et la convivialité au coeur des préoccupations de l’EP7, guinguette gourmande et numérique.

Andréa Simoes (UI Designer avec un pied dans l’UX) – Margot Darrieu (Directrice de clientèle) – Mathieu Leblanc (UI Designer avec un pied dans l’UX) – Adrien Gomar (Consultant en projet digital avec un pied dans le Design Thinking)

 

 

 

Formation : Certification UX  Avril 2018

Durée du projet : 3 mois

Pitch : 

L’EP7 est un nouveau bâtiment artistique implanté dans le nouveau quartier de la BNF dans le 13èmearrondissement. Guinguette numérique et gourmande, ce lieu a pour vocation de promouvoir l’art numérique au plus grand nombre via une façade composée d’écrans LED. Répartis sur trois étages, ce lieu propose différents espaces : un rez-de-chaussée avec un bar et une cuisine de proximité, un premier étage avec un espace ouvert et modulable et enfin le dernier étage accueille le restaurant bistronomique.

Malgré tous ses attraits, l’EP7 a du mal à trouver son public et à s’implanter dans son quartier. Son ambition était de devenir un point de rencontre et de rassemblement, un lieu ressourçant et apaisant pour les riverains et travailleurs du quartier. C’est sur cette problématique que nous avons été interrogés : comment ancrer l’EP7 dans son quartier en proposant une expérience « vitalisante » – c’est à dire qui apporte du dynamisme et de la vie – pour les riverains.

Les Epicuriens permet aux riverains et travailleurs du quartier de profiter au maximum de leur pause déjeuner en réalisant un atelier à l’EP7 accompagné d’un déjeuner sur place ou à emporter durant la semaine. Dans un second temps, des ateliers avec paniers gourmands en weekend seront proposés pour les habitants du quartier. Il s’agit d’une plateforme unique pour réserver son atelier autour de 3 thématiques principales et emblématiques de l’EP7 : la gastronomie, l’art et la créativité et le bien-être, et de réserver ensuite son déjeuner. Une fois l’atelier réalisé, la personne récupère son déjeuner à l’accueil de l’EP7 et peut profiter de son délicieux repas en toute quiétude. Un concept qui met en valeur le positionnement de l’EP7 la guinguette : lieu festif, chaleureux et convivial pour les bons vivants. Ceci est la première phase d’un concept plus large visant à mettre le partage au cœur de l’EP7. S’en suivront la mise en place d’un miroir d’eau et d’un mur végétal sur la façade de l’EP7 place Jean-Michel Basquiat et enfin, un marché de produits bruts mis en valeurs par le chef emblématique de l’EP7 : Adrien Tran.

 

Cité de la céramique

Cité de la céramique

Équipe :

 La team céramique

Formation : Certification UX Design (MC-11) 2018
Technologie : Espace immersif – (composé de tables tactiles, casques VR, objets à toucher…)
Durée du projet : 5 mois
Dossier de conception : Cité de la céramique – Dossier PDF

Pitch :

La “Cité de la céramique – Sèvres & Limoges” réunit la Manufacture nationale de Sèvres, le Musée national de la céramique et le Musée national Adrien Dubouché de Limoges.

Si les flâneurs des couloirs du Musée de Sèvres sont émerveillés par ce qui leur est présenté, ils n’ont pas aujourd’hui la possibilité d’apprécier les techniques et le savoir-faire qui ont permis de donner vie à une partie de ces oeuvres. Aucun dispositif efficace ne permet au visiteur de faire le lien entre ce qu’il voit et le processus de création qui pourtant se trouve à quelques mètres de lui.

Comment faire connaître, faire vivre aux visiteurs du musée les procédés de fabrication des œuvres ?

Mais qui sont ces visiteurs ? C’est la première question qui nous est venue à l’esprit. Le public se voulant le plus large possible, du sénior en balade, au jeune en sortie scolaire. Tout le monde doit se retrouver dans sa visite du musée. Certains auront des attentes plus fortes que d’autres. Une limite de concentration différente. Puis le système muséal français accorde aussi une importance grandissante au public en situation de handicap.

Pour aborder notre problématique, nous avons donc commencer par des interviews utilisateurs in situ. Avant la visite, après, le personnel, les visiteurs déficients visuel,  auditifs ou moteur… Tous ont des attentes différentes en matière d’enseignements mais tous aimeraient la même chose. Qu’on les emporte dans des histoires passionnantes, avec un effet époustouflant.

Une session de shadowing, une étude précédente nous ont donné les premières briques. S’en est suivi plusieurs sessions d’idéation avec nos commanditaires du projet qui nous ont amené à une recommandation ludique et pédagogique accessible à la majorité des visiteurs. Celle-ci reste une recommandation, qui sera prise en compte par le musée pendant sa future rénovation et qui pourrait nous l’espérons, donner un coup de fraîcheur à  l’expérience visiteur.

 

Artisan emailleur en pleine action
Artisan emailleur en pleine action
Session de shadowing in situ
Session de shadowing in situ
Test utiilsateur au labo des Gobelins
Test utiilsateur au labo des Gobelins
Entretien visiteur
Entretien visiteur
Atelier d'idéation - crazy 8
Atelier d’idéation – crazy 8

Toolz Solutions interactives en 3D et VR

Équipe
Juliette Delaporte – Chef de projet Éditorial, Conceptrice-rédactrice et UX Designer / juliette.delaporte@gmail.com
Cécile Duchenne – Responsable Maîtrise d’ouvrage
Sophie – Manager Nouvelles Technologies


La formation

MC11 2018
Certification UX Design de l’Ecole des Gobelins

Technologie

Site internet responsive, desktop et mobile

Le sujet 
Une représentation 3D du territoire au service du Budget participatif des villes

Le dossier UX2018_TOOLZ_dossier_pour_casestudy5mega


La commande

Toolz, un studio de création 3D, dirigé par David Laure, notre commanditaire, nous sollicite pour concevoir une solution digitale qui représente en 3D l’environnement et les projets d’aménagement d’une ville proposés lors de concertations publiques. Deux critères importent : d’une part, la solution devrait tenir compte de la volonté du commanditaire d’impliquer pleinement les citoyens dans la construction de leur ville ; d’autre part, la solution devrait utiliser les modules de représentation 3D conçus par Toolz.

Le challenge
Nous identifions le challenge suivant : Comment adapter la future solution aux enjeux d’un site de budget participatif d’une ville ?
Pourquoi choisit-on ce cas particulier de la concertation qu’est le budget participatif ? La solution doit permettre d’augmenter la participation et la représentativité des votants. Or le budget participatif qui est un cas actionnable de la concertation, a justement pour vocation d’impliquer l’ensemble des citoyens d’une ville dans la construction de celle-ci. En effet, la mairie d’une ville alloue entre 5 et 20 % de ses ressources au budget participatif qui regroupe des projets d’aménagement proposés par des citoyens et votés par l’ensemble des habitants.
À la suite d’une exploration large et resserrée – entretiens avec des élus, des promoteurs, des architectes, des agences de concertations et des citoyens – nous nous appuyons sur 5 principes directeurs pour concevoir notre solution :
La simplicité : la solution doit être accessible à n’importe quel citoyen
La responsabilisation : voter au budget participatif est un acte civique
La transparence : tout le processus de sélection et de vote doit être explicité
L’équité : tous les projets doivent être présentés de la même manière
La disponibilité : les projets doivent présentés de manière courte pour satisfaire le citoyen pressé et détaillée pour le citoyen qui a davantage de temps

La solution
Notre solution doit tenir compte des enseignements des différentes phases de recherche et intégrer les modules 3D du studio de création Toolz.
Nous concevons un site internet responsive intégrant une cartographie 3D et la modélisation 3D des projets.
Consultable sur ordinateur, tablette et téléphone – le site permet d’élargir l’accès à toute la population d’une ville.
L’objectif est d’accompagner l’utilisateur lorsqu’il sélectionne les projets pour lesquels il veut voter et lorsqu’il vote. Le site présente donc d’abord l’ensemble des projets proposés par le citoyens sur une page liste. Ensuite, l’utilisateur est accompagné pour pré-sélectionner et voter les projets.
Nous effectuons plusieurs tests de concepts : géolocalisation, partage du vote sur les réseaux sociaux… Par exemple, nous testons les pages qui présentent les projets individuellement , nous produisons les contenus de celle-ci en fonction des enquêtes utilisateurs ; de l’enquête utilisateurs, ressort que les informations capitales pour choisir parmi les projets et voter sont :
Le calendrier des travaux
Le thème du projet : ville verte, ville mobile, ville connectée, ville solidaire…
Un descriptif texte des projets
La géolocalisation des projets
Un visuel des projets
Le coût du projet

 

Nous menons des ateliers avec les utilisateurs pour vérifier nos hypothèses concernant les pages projets. De quelles informations l’utilisateur a-t-il besoin pour évaluer un projet lorsqu’il est sur la page de celui-ci ? Parmi les contenus proposés : le calendrier des travaux, le visuel 3D du projet, la géolocalisation le descriptif des projets… Nous demandons à l’utilisateur « Quels contenus choisiriez-vous en premier et pourquoi ? »

Comment sont intégrés les modules 3D du studio ? Le studio de création 3D peut apporter une véritable plus-value sur les deux dernières catégories : visuel des projets et géolocalisation des projets qui seront traités en 3D.

Pour la géolocalisation, sur la Page liste de projets, ci-dessous, la carte à droite permet une visualisation 2D et une visualisation 3D. En effet, une carte 3D de la ville peut être une manière ludique de circuler parmi les projets potentiels pour la ville. Il faut cependant conserver une carte 2D qui reste le moyen le plus clair pour l’utilisateur de repérer un projet dans la ville. Sur la vue ci-dessous, la carte 3D est sélectionnée.

Sur la page Liste projets, l’utilisateur peut naviguer au choix sur une carte 2D ou une carte 3D pour repérer un projet dans la ville. Ici la vue affiche la carte 3D.

Concernant le visuel des projets pris individuellement, notre enquête utilisateur a montré combien l’utilisateur parvient davantage à se projeter à l’aide d’un visuel 3D. Sur le visuel 3. Page projet détaillé de la conception détaillée ci-dessous, l’utilisateur a la possibilité de voir le futur projet en 3D, ici une borne de réparation de vélo.

Conception détaillée de l’interface du site web

En conclusion : il est nécessaire de penser tout le parcours du citoyen susceptible de voter. Le site web est un moment clé, mais ce n’est pas le seul moment du parcours. Nous préconisons donc de penser aussi les usages du citoyen avant et après le vote sur site web. Également il est nécessaire de penser l’alternative avec le vote en physique dans des bureaux pour les populations éloignées des outils numériques. 

L’expérience sur le site web ne suffit donc pas à elle seule à répondre au défi d’augmenter la participation à un budget participatif et d’attirer des votants représentant toute la population d’une ville.

Il est nécessaire de mener des actions en amont et en aval permettant de générer du trafic vers la plate-forme pour le vote numérique, d’amener les citoyens dans les bureaux pour le vote physique et de prolonger l’expérience au delà du vote : des newsletters régulières, une rubrique consacrée au budget participatif dans la gazette mensuelle, une campagne d’affichage, par exemple, peuvent renforcer le potentiel de viralité et le caractère satisfaisant de la concertation citoyenne. Ce travail de communication doit s’étendre sur plusieurs années.

France Media Monde

Equipe :

Team FMM

Formation : Certification UX Design (MC-11) 2018
Technologie : Application mobile
Durée du projet : 5 mois
Dossier de conception : France Media Monde – dossier PDF

Pitch :
Proposer une expérience innovante autour de l’information et de la radio dans le respect des valeurs de France Media Monde.

C’est le projet dans lequel nous avons été associés avec les équipes internes du Groupe d’information international.

Ce dernier réuni trois médias :
France 24, Monte Carlo Doualya et Radio France Internationale.

Radio France International (RFI) est une station de radio publique qui se fait la voix de la France dans le monde entier. Les 3/4 de ses auditeurs sont en Afrique francophone et elle veut conquérir une nouvelle audience numérique.

C’est pour l’aider dans sa démarche de développement que nous avons choisi d’imaginer un dispositif original adapté aux attentes et usages des utilisateurs RFI d’aujourd’hui et de demain.

Pourquoi s’informe t-on ?
Quand, comment et où s’informe t-on ?
Pourquoi les auditeurs de RFI sont si attachés à leur radio ?

Ce projet nous aura permis une véritable immersion à la découverte des aspirations de chacun.
Il aura également été l’occasion de découvrir la richesse d’un écosystème en pleine mutation.

C’est fort de cette connaissance que nous avons imaginé l’application MaRFI.

MaRFI où comment passer d’une radio monologue à une radio conversationnelle.
Une application pour être au coeur de l’information pour mieux comprendre le monde et, pourquoi pas, en devenir un acteur à part entière.

 

 

Cheerly

logo-cheerly-banner

Equipe :
team-projet-cheerly

Formation : Certification UX Design (MC-11) 2018
Technologie : Site internet mobile
Durée du projet : 5 mois
Dossier de conception : Cheerly – Dossier PDF

Pitch :

« Comment organiser sans prise de tête des événements festifs avec ses amis ? »

Facile, on se met d’accord sur un lieu, une date, peut-être un cadeau et c’est parti ! Enfin, en théorie.
Les contraintes personnelles ou professionnelles, l’emplacement géographique, l’absence de réponse, la divergence des goûts, des avis ou pire, l’absence d’opinion peuvent vite complexifier l’affaire.

Pour remédier à cela, le service Cheerly permet aujourd’hui d’organiser des événements, de les communiquer aux participants via les réseaux sociaux ou les apps de messagerie populaires pour ainsi les faire voter sur une ou plusieurs dates, lieux, idées cadeaux ou liste de courses.

Dans le cadre de ce projet d’étude, nous avons interviewé des personnes concernées par ces problématiques, tenté de savoir quels étaient leurs habitudes, leur rôle dans l’organisation, les outils qu’ils utilisaient, les raisons d’utiliser ces outils et ce dont ils auraient besoin pour faciliter l’organisation de leurs rencontres.

Nous sommes ensuite passés par une phase d’idéation avec le commanditaire du projet pour définir des fonctionnalités ou des optimisations en se concentrant sur ce que Cheerly pouvait faire de plus que les canaux de communication habituels.
Ces propositions ont été testées au laboratoire ErgoDesign LUTIN-GOBELINS dont voici le résultat qui, nous l’espérons, aura permis à l’équipe Cheerly de progresser dans la connaissance de ses utilisateurs et des pistes à explorer pour continuer de développer son service.

interview-utilisateur-cheerly
Interview « guerilla » en binôme pour mieux comprendre comment les événements sont vécus / considérés par les gens

workshop-crazy8s-cheerly
L’équipe au beau milieu d’un workshop (crazy 8s)

user-test-cheerly
Test utilisateur au laboratoire ErgoDesign LUTIN-GOBELINS à l’aide d’une barre oculométrique (eye tracking)

L’UX Design dans une équipe internationale distribuée

 

 

Juliette TEMEM

Formation: MC11 2016-2017

Durée du projet: 3 mois

Pitch: Comment incorporer l’UX Design dans une équipe internationale distribuée c’est à dire sans localisation principale.

Résumé du mémoire: Nous sommes confrontés quotidiennement à une profusion de produits et de services digitaux qui nous permettent d’interagir avec notre environnement.

Pour les concepteurs de ces produits et de ces services, la qualité de l’expérience utilisateur est devenue un élément clé pour se démarquer dans un marché hyper-concurrentiel où l’innovation bouscule rapidement les positions acquises.

Le design d’expérience utilisateur (UX Design) est un ensemble de méthodes, techniques et outils qui permettent d’asseoir l’utilisateur au centre de la conception. Si cette démarche a déjà fait ses preuves en tant que levier pour une transformation digitale réussie, elle a souvent du mal à être mise en place dans les grandes entreprises. En effet, le développement des connaissances autour de ces méthodes et de ces bonnes pratiques est en général plus lent que la conception du produit ou du service interactif lui même.

Par ailleurs, les entreprises facilitant le travail à distance de leur personnel sont de plus en plus nombreuses. En effet, le travail à distance permet entre autres un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée pour les employés, une réserve de talents sans frontière et une réduction des coûts pour l’entreprise.

Cela implique des problèmes d’éloignement géographique, de cultures différentes, de décalages horaires, de communications asynchrones qui peuvent largement compliquer le processus de création et de développement au point de le rendre inefficace.

Pourtant, la démarche UX nécessite que les équipes se rencontrent autour des phases de définition, de découverte, de conception et d’évaluation.

Dans ce contexte, comment incorporer l’UX Design dans une
équipe internationale distribuée ?
Quels outils et méthodes mettre en place pour aider les équipes à
travailler de manière efficacement collaborative pour créer un produit pour l’utilisateur et le faire adhérer au service, à l’interface ?

L’objectif du travail réalisé dans le cadre de ce mémoire est d’acquérir
une base de connaissances solide sur le milieu, l’équipe et sur les méthodes de travail. Le but étant d’émettre des hypothèses, de faire émerger des solutions afin de pouvoir les expérimenter rapidement.

Ce travail repose sur des recherches et sur des analyses de témoignages sur le terrain, dans le cadre de ma mission chez Adobe.