Comment la data permet de construire une expérience utilisateur enrichie ?

 

 

Maxime Rondeau, UX Designer / Marketing digital

Formation : DDPUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image

Contact : maxime.rondeau@edu.gobelins.fr

Durée du projet : 3 mois

Pitch : Mémoire professionnel de fin d’année

Ce projet a été réalisé dans le cadre du mémoire professionnel de fin d’année du Master Directeur de Projet Digital UX Design 2018. Il s’est notamment appuyé sur mon expérience passée au sein de l’entreprise La Relève*.

*La Relève est un cabinet de recrutement spécialisé pour les étudiants et jeunes diplômés.

L’utilisation des données servait déjà à l’amélioration des produits et des services. Cela a profondément changé la vision des entreprises en entrant dans une ère Data-Driven. Les choix ne sont plus jamais fait au hasard, mais bien guidés par des faits.

Aujourd’hui les expériences des sites web et applications vont encore plus loin en étant enrichie par les données. Les GAFAM & NATU, maîtres de la data nous montrent le chemin vers des expériences de plus en plus personnalisées.

J’ai souhaité montrer l’importance de la collaboration entre l’UX Designer et d’autres métiers comme le Data Analyst ou le Marketing ainsi que l’impact des données sur la chronologie et les méthodologies des projets.

Comment mettre en place un design system dans une petite entreprise multiproduits ?

pauline girardin ux designer

 

Pauline Girardin, Graphiste – UX Designer

Formation: DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Contact: pauline-m.girardin@laposte.net
Durée du projet: 2 mois

Pitch: Mémoire professionnel de fin d’année

Ce projet a été réalisé dans le cadre du mémoire professionnel de fin d’année du Master Directeur de Projet Digital UX Design 2018. Il s’est notamment appuyé sur mon expérience passée au sein de l’entreprise Edelia Groupe EDF afin de répondre à une problématique spécifique: la mise en place d’un design system. La recherche se base principalement sur des apports théoriques ainsi que sur observations au sein des équipes et des entretiens externes de professionnels.

Si Edelia est une filiale d’EDF, EDF est aussi son principal client. Edelia embauche près de 160 collaborateurs pour répondre à leur demande, dont 3 designers qui travaillent sur des projets en transverse pour 7 Features Team, responsables du développement des fonctionnalités et de la relation client.
Début 2018, un constat est apparu : «pour innover à l’extérieur, il faut innover à l’intérieur» – Sonia Machalica, responsable du Pôle Expérience et Engagement Client. Pour cela elle nous a demandé de réfléchir à «l’application d’une nouvelle méthode de travail au sein du pôle UX, qui a un impact sur les échanges avec les autres pôles.»
Au regard des problématiques identifiées, une question s’est donc posée : comment améliorer notre processus de travail afin de produire plus efficacement et plus qualitativement nos produits ?
Le choix : un design system.
Mais comment mettre en place un Design System pérenne chez Edelia ? Quelles étapes et quelle vision finale ?

A travers ce mémoire, j’interroge la manière de construire un design system, l’importance d’aller regarder à l’extérieur et l’importance de se poser les bonnes questions. Tout au long du mémoire, on comprend qu’un design system, même si il est en vogue, ne convient pas à tout le monde et n’est pas aussi développé pour toutes les entreprises selon les besoins. Les différentes recherches et les entretiens externes ont amené à repenser la solution : un design system est-il vraiment la bonne solution pour Edelia ?

Comment organiser une équipe design au sein d’une startup en hypercroissance ?

DPDDM

Jean-Francois Phaner, UX designer

Formation: DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Contact: jfphaner@gmail.com
Durée du projet: 3 mois

Pitch: Mémoire professionnel de fin d’année

Ce mémoire a été réalisé dans le cadre du Master Directeur de Projet Digital UX manager 2018. Il s’est notamment appuyé sur mon expérience au sein de la startup Visioglobe de 2013 à 2018 en tant que lead designer et surtout sur mon stage de fin d’études de 6 mois à Wynd en 2018. La recherche se base sur la théorie du design management, des observations et des entretiens.

Intégrer une équipe de design au sein d’une entreprise en pleine hyper croissance est un challenge sur de nombreux plans. Vivre une réorganisation d’ampleur telle que la mise en place d’une organisation Large Scale Agile en même temps que de prendre son poste en tant que designer UX dans un environnement en état de réorganisation constante s’avère être en fait un moment d’opportunités et d’expérimentations.

Nous verrons à travers ce mémoire une mise en contexte de mon parcours et de l’entreprise Wynd, certains ponts entre la méthodologie Large Scale Agile et le management UX, les avantages et inconvénients d’un tel environnement et les défis de la réorganisation d’une équipe design lors d’une croissance d’entreprise d’une telle ampleur.

Publicité et UX Design, entre l’utile et l’éthique

 

Kelly Vauquelin, Chef de projet – UX Designer

Formation: DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Contact: kelly.vauquelin@gmail.com
Durée du projet: 3 mois

Pitch: Mémoire professionnel de fin d’année

Ce projet a été réalisé dans le cadre du mémoire professionnel de fin d’année du Master Directeur de Projet Digital UX Design 2018. Il s’est notamment appuyé sur mon expérience passée au sein de la régie publicitaire Lagardère afin de répondre à une problématique plus grande: Publicité et UX Design, entre l’utile et l’éthique. La recherche se base principalement sur des apports théoriques ainsi que sur des recherches expérimentales (entretiens professionnels et tests utilisateurs).

La Publicité doit se renouveler, c’est un fait. Aujourd’hui, la Publicité est de moins en moins acceptée par les gens. Si elle tend à harmoniser notre société actuelle en créant des besoins autour de ces produits et services, la Publicité semble devenir encore plus intrusive et encore moins intégrée qu’auparavant.

L’UX Design, de par son essence a pour objectif d’améliorer l’expérience utilisateur d’un produit ou d’un service. En ce sens, l’UX Design pourrait être un levier évident à l’évolution du domaine publicitaire. Mais à l’inverse, cet état d’esprit centré humain peut s’avérer être opposé à la Publicité alors centrée client et cherchant à vendree un produit ou un service. 

Au travers de ce sujet, l’idée est de comprendre les points de similitudes et de divergences entre ces deux domaines afin de vérifier l’utilité de l’UX Design dans la Publicité et de se questionner sur l’aspect éthique de son usage dans ce domaine.

Comment bannir le systématisme des réunions dans les grandes organisations et créer des expériences de co-construction en intégrant les besoins humains ?

Équipe : Nour KHUJA, Designer de Service

Formation : DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du projet : 8 mois

Contact : nour.khuja@edu.gobelins.fr

Pitch :

Avez-vous déjà entendu parler de la réunionite ?

C’est ce dont souffre un nombre incalculable de salariés dans les entreprises. Pourtant essentielle, la réunion c’est un peu comme un « Je t’aime – Moi non plus » au travail. Alors que si elles sont bien menées, elles peuvent s’avérer être d’une efficacité redoutable ! Il suffit simplement d’un peu de bon sens et surtout de communication et d’un zeste d’UX Design pour que la réunion devienne une expérience intéressante et enrichissante à vivre.

C’est ce que j’ai essayé de prouver au sein de la Société Générale lors de mon alternance par le biais d’un projet dont j’ai eu l’idée : hit !

J’y ai passé environ 8 mois pour pouvoir prouver à mes collègues que la réunion peut être un moment fun où l’on produit de belles choses plutôt qu’une perte de temps.

Ce mémoire est donc une lettre ouverte à la réunionite, qui s’est un peu trop installée confortablement au 35ème étage de la tour Granite.

PS : Elle a fini par commencer à faire ses valises !

 

Startup et Product-market fit : les méthodologies sont-elles réellement adaptées à toutes les startups ?

Équipe : Sarah Farnault, UX Designer
Formation : DPDUX 2018 (Master 2) – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du projet : 3 mois

Contact : sarahfarnault@gmail.com

Dossier : (en attente de confirmation des personnes / entreprises interviewées)

Pitch :

Le succès d’une startup dépend de sa capacité à proposer un produit qui répond à un marché : le fameux product-market fit. Ce challenge n’est pas si simple lorsqu’on crée une entreprise à partir d’un concept ou d’une technologie innovante. Pourtant, c’est bien le prérequis indispensable pour convaincre des investisseurs lors d’une première levée de fonds. Ce premier tour de table signe le succès de la phase d’amorçage des startups.

Le Lean Startup et les méthodologies centrées utilisateurs comme le Design Thinking, et le Lean UX permettent d’accélérer la validation du product-market fit. Cependant, les co-fondateurs détiennent rarement ces expertises et le recours à des prestations extérieures sont souvent inadaptées en phase d’amorçage.

Ce mémoire entend apporter des clés de compréhension des challenges et des contraintes des startups et propose des solutions pour permettre aux startups en amorçage d’atteindre le product-market fit en prenant en compte leurs contraintes.

les phases d'évolution des startups_gobelins_sarah farnault_2018

L’UX Design dans une équipe internationale distribuée

 

 

Juliette TEMEM

Formation: MC11 2016-2017

Durée du projet: 3 mois

Pitch: Comment incorporer l’UX Design dans une équipe internationale distribuée c’est à dire sans localisation principale.

Résumé du mémoire: Nous sommes confrontés quotidiennement à une profusion de produits et de services digitaux qui nous permettent d’interagir avec notre environnement.

Pour les concepteurs de ces produits et de ces services, la qualité de l’expérience utilisateur est devenue un élément clé pour se démarquer dans un marché hyper-concurrentiel où l’innovation bouscule rapidement les positions acquises.

Le design d’expérience utilisateur (UX Design) est un ensemble de méthodes, techniques et outils qui permettent d’asseoir l’utilisateur au centre de la conception. Si cette démarche a déjà fait ses preuves en tant que levier pour une transformation digitale réussie, elle a souvent du mal à être mise en place dans les grandes entreprises. En effet, le développement des connaissances autour de ces méthodes et de ces bonnes pratiques est en général plus lent que la conception du produit ou du service interactif lui même.

Par ailleurs, les entreprises facilitant le travail à distance de leur personnel sont de plus en plus nombreuses. En effet, le travail à distance permet entre autres un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée pour les employés, une réserve de talents sans frontière et une réduction des coûts pour l’entreprise.

Cela implique des problèmes d’éloignement géographique, de cultures différentes, de décalages horaires, de communications asynchrones qui peuvent largement compliquer le processus de création et de développement au point de le rendre inefficace.

Pourtant, la démarche UX nécessite que les équipes se rencontrent autour des phases de définition, de découverte, de conception et d’évaluation.

Dans ce contexte, comment incorporer l’UX Design dans une
équipe internationale distribuée ?
Quels outils et méthodes mettre en place pour aider les équipes à
travailler de manière efficacement collaborative pour créer un produit pour l’utilisateur et le faire adhérer au service, à l’interface ?

L’objectif du travail réalisé dans le cadre de ce mémoire est d’acquérir
une base de connaissances solide sur le milieu, l’équipe et sur les méthodes de travail. Le but étant d’émettre des hypothèses, de faire émerger des solutions afin de pouvoir les expérimenter rapidement.

Ce travail repose sur des recherches et sur des analyses de témoignages sur le terrain, dans le cadre de ma mission chez Adobe.

Quel design d’expérience utilisateur face à l’émergence de services d’assistance basés sur des technologies d’intelligence artificielle ?

 

 

 

Geoffrey Aldebert

Formation : Certification UX Design (MC11) 2017
Durée : 2 mois
Mémoire : UX2017_mémoire_ALDEBERT_Geoffrey
Résumé :

Depuis le début des années 2000, nous constatons des évolutions majeures concernant les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans la société. Parmi ces évolutions, nous nous sommes focalisés dans ce document sur quatre d’entre elles, ordonnées ci-dessous de manière chronologique :

1) Le développement d’application informatique interopérables
2) L’apparition de dispositifs mobiles et intelligents
3) L’émergence de l’internet des objets
4) L’apprentissage statistique (permettant la conception de services d’intelligence artificielle) de plus en plus performant

Ces quatre évolutions de l’informatique vont considérablement impacter la vie quotidienne des citoyens. En effet, basé sur la quantité gigantesque d’informations disponibles de par ces évolutions, de nouveaux algorithmes permettront demain d’assister les utilisateurs dans leurs activités, en offrant des services pertinents correspondant à leurs besoins immédiats.

Pour arriver à cela, les services basés sur des technologies d’intelligence artificielle devront tenir compte d’un grand nombre de point de vue différents ayant une influence sur l’utilisateur. Les interactions entre les humains et ces services devront également être pensées afin d’être adaptées en fonction des situations rencontrées.

Les métiers de l’UX peuvent (et doivent) contribuer à l’émergence de ce type de services d’assistance car ceux-ci seront centrés utilisateur. Cependant, afin de s’adapter aux architectures informatiques et pour obtenir les meilleurs résultats, les UX Designers devront sans doute faire évoluer leurs pratiques et méthodologies.

Nous avons pu analyser dans ce document quels impacts et évolutions les métiers de l’UX subiront face à l’arrivée de ce nouveau type de technologies. Parmi les différents impacts, nous avons pu voir comment et pourquoi :

– les approches de recherche quantitative et qualitative ne devront pas être mener conjointement et séparément mais de manière séquentielle
– des compétences différentes devront être systématiquement présentes dans les collectif de conception de services d’assistance
– des représentations utilisateurs seront générés automatiquement à la volée par les services d’assistance
– des personas, directement représentatifs des comportements utilisateurs constatés, seront automatiquement générés par les services d’assistance
– les pratiques de modélisation de design d’expérience utilisateur seront mutualisés entre les urbanistes des systèmes d’information et les UX Designer
– les UI Designer seront amenés à concevoir des composants d’interface plutôt qu’une interface globale
– les outils de prototypage UX seront petit à petit délaissés au profit de développement direct par les équipes de conception

Ainsi, les méthodologies UX devront évoluer vers le microservice design, à savoir la fourniture à la machine de composants unitaires (modélisation de besoin, de contexte d’usage, de règle, de solution d’interface…) afin de pouvoir obtenir de premiers résultats qui devront par la suite être validés ou corrigés. C’est la somme de ces microservices qui permettra à terme d’obtenir un service d’assistance complet et global, capable de s’adapter en fonction des utilisateurs, de leurs profils et de leurs contextes particuliers. L’ajout de ces microservices s’effectuera de manière itérative, ceci offrant la possibilité aux services d’assistance de s’étoffer avec le temps et d’être capables de répondre à de plus en plus de contexte avec la plus grande pertinence possible.

Les freelances en UX Design et leurs rapports aux tests utilisateurs ?

 

 

 

Aurélie DIRHEIMER
UX/UI Designer

Formation : MC11 2017

Méthodologie :
Recherche documentaire
Etude Qualitative
Etude Quantitative
Personae
Etude de solutions

Durée :  2 mois

Thématique :
Les freelances en UX Design et leurs rapports aux tests utilisateurs ?
Comment les aider dans la mise en place de tests utilisateurs ?

 

Résumé :

Le test utilisateur – méthode d’évaluation très importante dans le cadre d’une démarche centrée utilisateur – semble encore peu pratiqué au sein des populations de professionnels freelances de l’UX Design, et plus particulièrement des profils UX/UI Designers.

En effet, cette population d’indépendants, bien souvent formés à l’UX de manière autodidacte, semble faire face à plusieurs freins à la mise en place de ce type de tests, à commencer par :
• les contraintes budgétaires de leurs clients, pas toujours sensibles à l’importance et aux apports potentiels des tests utilisateurs,
• les contraintes de temps,
• et le manque de ressources ou de compétences.

Pour autant, il existe un certain nombre de solutions permettant de lever ces différents freins et d’évangéliser la pratique des tests utilisateurs dans le cadre des missions menées par les freelances. Ces solutions peuvent être d’ordre méthodologique (approches commerciales, techniques de recrutement, formats de tests…) ou technologiques (usages de certains logiciels, techniques de tests à distance…)

Le test utilisateur a donc toute sa place au sein de la boîte à outils des freelances de l’UX. Espérons que ces derniers se sentent désormais mieux armés pour pouvoir les intégrer plus fréquemment à leurs missions, et en retirer les bénéfices auprès de leurs clients !

Mémoire  UX2017_memoire_DIRHEIMER_Aurelie

Plus d’informations ? Contactez-moi via Linkedin

Le Design de service comme méthode de conception, pour transformer les services des banques coopératives

 

 

Aurélie BERNARD
(chef de projet multimédia)

Formation : MC11 2017

Méthodologie :
Recherche primaire et secondaire
Value proposition design
Service blueprint
KPI UX Google Heart
Circular design guide IDEO

Durée :  1 an

Thématique :

Résumé :

Les acteurs historiques du secteur bancaire en pleine transformation sont challengés par des nouveaux entrants, comme les Fintechs ou Néobanques plus en phase avec l’économie de l’usage.

L’utilisateur de service bancaire est ambivalent. Ils plébiscitent les applications disruptives des Néobanques où la digitalisation, via la simplification des processus est au cœur des modèles. Tout en privilégiant le rendez-vous en agence avec un conseiller pour les moments clés comme l’entrée en relation. Cela est d’autant plus vrai concernant les jeunes, les étudiants et les jeunes actifs.

Cette forte dualité s’inscrit dans une stratégie phygitale, développée par les banques coopératives comme le Crédit Agricole. Cette approche allie les deux leviers de transformation des modèles.
La méthodologie Value Proposition Design, utilisée comme outil de diagnostic des services du Crédit Agricole en Bretagne axe son étude sur l’environnement de l’entreprise, les valeurs et bénéfices utilisateurs.

Cette approche holistique permet la compréhension des mécanismes de création de valeur au sein de l’écosystème des modèles de banques coopératives. Le blueprint service des offres aux clients sociétaires, est utilisé comme méthode d’audit des services existants. Associé à l’étude du cycle de vie des clients sociétaires, membres de la coopérative, le blueprint service devient un outil de détection des insights utilisateurs et de prototypage de service.

Ainsi, l’innovation responsable apparaît comme un accélérateur de création de valeur pour l’utilisateur et la coopérative. Les méthodes de conception du design circulaire IDEO, intégrées aux process de la coopérative permettent le développement de produits et services responsables, plus performants et mieux adaptés aux besoins et attentes des utilisateurs de l’écosystème des banques coopératives.

Sommaire, extraits  UX2017_memoire_BERNARD_Aurelie_extrait

Plus d’informations ? Contactez-moi via Linkedin