Atouts et limites de l’UX Design pour exposer à un courant musical complexe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur : Juliette Delaporte – Chef de projet Éditorial, Conceptrice-rédactrice et UX Designer
Formation : MC11 2018, Certification UX Design – Les Gobelins, l’école de l’image
Durée du mémoire : 2 mois

Contact : juliette.delaporte@gmail.com

Pitch :                                                                                                                                                     Afin de respecter le souhait de confidentialité de mon commanditaire, certains éléments ont été modifiés, comme son nom et son lieu de résidence.

Atouts et limites de la démarche centrée utilisateurs pour exposer à un courant musical complexe                                                                                                       

Cas pratique d’un ensemble de musique contemporaine subventionné par l’état : l’Orchestre de musique contemporaine

J’ai découvert la démarche centrée utilisateurs lors de la formation « Conduite des projets digitaux » des Gobelins en 2016. Un coup de foudre, une révélation. Impossible de continuer sans. Les prochains projets numériques que je mènerai, seront UX ou ne seront pas.

Mon cheval de Troie pour introduire l’UX Design, la refonte du site de l’Orchestre de musique contemporaine (OCX), un orchestre constitué de 21 solistes virtuoses, résidant à la Grande Scène Philharmonique belge. Leur musique : le courant de la musique contemporaine.

L’idée :

Aller au-delà de l’actionnable de la refonte du site et créer, plus loin, des dispositifs facilitant l’accès à la musique contemporaine.

Qu’est-ce que la musique contemporaine ?

Une musique qui  se serait construite avec et contre la musique classique, mobilisant la formation orchestre de manière nouvelle, engendrant des sons, des musiques inhabituelles, qui « peuvent » dérouter l’auditeur non initié.

Le problème d’origine :

Le public de la musique contemporaine est vieillissant. Il ne se renouvelle pas.

La problématique « définie » suite à la recherche secondaire et à l’idéation : 

Comment exposer à la musique contemporaine un public éloigné ou en rejet « politique » de ce courant ?

Les moyens :

  • mener une vingtaine d’entretiens utilisateurs avec 5 expérimentateurs sonores, 5 mélomanes experts, 5 grands non-initiés à la musique contemporaine, 5 mélomanes éclectiques (rock et classique).
  • mener un focus group avec des « fans » des répétitions publiques
  • interroger 3 experts dont un musicologue médiateur.
  • une enquête sociologique sur laquelle j’ai pris un recul critique : celle-ci n’évoquait pas certains tabous essentiels à la construction d’une stratégie.

Pourquoi ?

Notamment, pour comprendre les motivations suprêmes du public acquis et savoir quelles sont les motivations musicales des non-initiés.

Les enseignements tirés de la recherche utilisateurs et de l’entretien avec des experts :

  • la musique contemporaine est multiple : musique expérimentale, musique concrète, musique plasticienne et aussi la musique contemporaine institutionnalisée, soit la musique « écrite » défendue par l’OCX qui s’oppose à la musique sonore. Plus précisément la famille des notes qui s’oppose à la famille des sons.
  • le frein cognitif existe : la musique contemporaine et ses sons inhabituels peuvent être reçus avec perplexité. Mais le frein culturel est aussi à prendre en compte : la musique contemporaine est associée à la musique savante et à un certain élitisme qui peuvent éloigner certains auditeurs.
  • l’OCX s’est approprié le courant de la musique contemporaine alors que son corpus, son répertoire ne joue que des pièces de musique contemporaine écrite.
  • l’OCX ne programme pas de pièces musicales « mixtes » à la fois issues de la musique contemporaine institutionnalisée (soit la musique contemporaine écrite) et des musiques dites populaires (Rock, Noise, Punk…) ou de la musique des sonores.
  • les termes « musique contemporaine », « musique savante » font peur.
  • l’influence politique du fondateur de l’OCX dans les années 70 a été tellement forte qu’elle a inhibé les courants de la musique contemporaine qu’il n’estimait pas : la musique concrète, la musique sonore, la musique minimaliste…

Des persona phares et des solutions qui leur sont destinées :

  • la novice thématique pour qui créer un parcours sonore au cœur du parc de la Grande Scène Philharmonique en aval du premier concert.
  • le performer, spéléologue des sons pour qui créer une application de suggestions sonores liant la musique contemporaine aux musiques populaires ou plasticiennes qu’il écoute.
  • un grand événement, type concours, réunissant toutes les musiques contemporaines et les groupes de musique expérimentale, sonore, plasticienne.

Des préconisations qui répondent aux attentes des persona cibles – le performer, la novice – et qui n’éloignent pas les persona secondaires – le rebelle ircamien, la mélomane intrépide, les étudiants musicologues, le rocker studieux :

  • Nourrir autrement l’expression « musique contemporaine » en y introduisant tous les styles de musique contemporaine, notamment ceux issus des musiques populaires comme la Noise, le Punk, le Rock…
  • Tuer les guerres de chapelles entre les différents styles de musique contemporaine
  • Accorder une place fondamentale à la médiation
  • Montrer, démontrer, remontrer que la musique contemporaine n’est pas purement intellectuelle
  • Programmer des concerts courts
  • Tuer le rituel du concert sur certaines propositions
  • Accorder une place fondamentale à l’expérimentation et à l’interaction
  • Accueillir toutes les musiques et tous les sons
  • Collaborer avec les organisations culturelles avec lesquelles l’OCX est en lien : la Grande Scène Philharmonique belge et le parc où elle est installée

Créer des persona m’a permis d’avoir à disposition un outil efficace pour l’idéation. Également, cela m’a permis de communiquer à l’interne avec mes collaborateurs sur la démarche centrée utilisateurs. Enfin cela a été décisif pour échanger avec le client sur des tabous comme la représentation unilatérale de la musique contemporaine par l’OCX :  cet orchestre ne programme qu' »une facette » de la musique contemporaine, celle de la musique contemporaine écrite alors que la musique contemporaine est multiple, et que cette multiplicité est un levier idéal pour faire venir un nouveau public.

pdf de la présentation : DELAPORTE_PRES_20180927

Illustration des persona : Jeanne Le Ruz – http://jeannelr.tumblr.com/

Persona cibles :

 

 

 

 

Persona secondaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *